Courses « hors-stade »

Le marathon ne figure pas au programme des Jeux olympiques antiques mais tire sa légende des différents récits de la mythologie grecque, comme celui du soldat Phidippidès qui accomplit d'une traite à la course, la distance qui séparait le champ d'une bataille de la cité d'Athènes où il dut apporter la nouvelle de la victoire.

En 1895, le Français Michel Bréal convainc son ami Pierre de Coubertin de s'emparer de ce mythe et de l'adapter aux Jeux olympiques modernes. C'est ainsi que pour les premiers Jeux de 1896, vingt-quatre concurrents sont réunis à Marathon. Le berger grec Spyridon Louis devient le premier vainqueur de cette nouvelle épreuve.

Aux Jeux de Londres en 1908, la famille royale britannique désire que la course démarre du château de Windsor pour se terminer face à la loge royale du stade olympique. Le trajet, mesuré précisément à 42,195 km, devient par la suite la distance officielle du marathon. Cette épreuve d'endurance est disputée sur route dure, principalement dans les rues et sur un parcours plat.

Le cross-country, épreuve non olympique, est une course de fond disputée en pleine nature sur des terrains variés. La distance va de 3 à 15 km selon les catégories d'âge et de sexe.

La première course du genre se déroule à Ville-d’Avray en 1898 entre les équipes de France et d’Angleterre.
Menu